Je suis particulièrement satisfaite de vous annoncer que des journées d’information retraite auront lieu du 4 au 6 avril 2017 (à Utrecht et Breda). Vous le savez, je suis très impliquée sur ces questions de retraite d’autant plus que je travaille pour l’organisme néerlandais de retraite la SVB.

carsat-nord-picardie-logoSVB logo

L’objectif de ces journées est le suivant :

que les résidents aux Pays-Bas ayant exercé une activité salariée en France à un moment de leur carrière professionnelle, puissent être informés de leurs futurs droits à retraite acquis auprès du Régime Général français.

Pour participer à ces journées 4 conditions :

-résider aux Pays-Bas

-avoir entre 55 et 60 ans

-avoir exercé une activité salariée en France.

-s’inscrire préalablement sur le site Web de la Carsat ou par téléphone.

Voici ci dessous le communiqué officiel de la Carsat.

Journées Internationales d’Information Retraite

aux Pays-Bas

La Caisse Assurance Retraite Santé au Travail (Carsat), La Caisse Complémentaire (AGIRC-ARRCO), ont l’intention d’organiser du 4 au 6 avril 2017, en collaboration avec La Sociale Verzekeringsbank (SVB), des journées d’information retraite pour les personnes ayant entre 55 et 60 ans, résidant aux Pays-Bas et ayant exercé une activité salariée en France.

Après une présentation du système de retraite en France et des modalités d’introduction de votre demande de retraite, votre relevé de carrière individuel vous sera délivré.

Si vous souhaitez assister à une demi-journée d’information, vous pouvez vous inscrire dès maintenant auprès de la CARSAT, soit sur son site web ou par téléphone au +33 (0)9.71.10.39.60.

Votre inscription vous sera confirmée à l’issue de la période en fonction du nombre de participants.

Partagez!

A chaque nouvel an et tout au long du mois de janvier c’est pareil, on parle de bonnes résolutions si l’on en a ou alors on explique l’absence de celles-ci avec un air défiant souvent!

Personnellement et sans vous dévoiler trop, je peux vous dire que la lecture fait, cette année encore, partie de mes bonnes résolutions !

Alors que je dévore les livres en vacances, j’éprouve plus de difficultés à lire lorsque la “vraie” vie reprend…

Je commence l’année 2017 les yeux humides en refermant un véritable chef d’oeuvre qui fit l’événement de la rentrée littéraire 2015 : La petite femelle de Philippe Jaenada.

Ce livre nous emmène dans la vie de Pauline Dubuisson qui fit scandale dans les années 50 après avoir tué son (ex) petit ami.

Jaenada réussit, dans son pavé très digeste de plus de 700 pages, à nous faire vivre un parcours inédit, celui du jeune fille née le 11 mars (!) 1927 à Malo-les-Bains et qui grandit sous les bombes et dans la tristesse du Nord en pleine guerre.

J’ai été littéralement happée par l’écriture haletante de Jaenada, sa précision méticuleuse, ses clins d’œil autobiographiques ainsi que par sa volonté de rétablir une certaine vérité.

L’auteur fait de ce livre un véritable processus de réhabilitation de cette femme coupable d’avoir tué certes mais aussi et surtout coupable d’être belle, intelligente, sensuelle, coupable de n’avoir jamais cédé ni aux hommes ni sur son plaisir.

Celle qui fut surnommée la “hyène du Nord” ou la “ravageuse” était en réalité trop en avance sur son époque. Sans lui pardonner son crime, on ne peut qu’être bouleversé par la froideur de son éducation, l’injustice de son procès et de la France des années 50.

Pauline Dubuisson fit à l’époque l’objet d’un film de Clouzot, La Vérité avec Brigitte Bardot et Sami Frey.

J’espère d’ailleurs que le livre de Jaenada sera de nouveau prochainement filmé et qu’une actrice (Audrey Tautou ou Marion Cotillard seraient parfaites à mes yeux) saura rendre justice à ce personnage incroyable et tragique…

Je vous souhaite plein de bonnes lectures pour l’année 2017 ! Je m’en vais de ce pas acheter d’autres livres de Jaenada.

 

 

Partagez!

Vous le savez certainement, je suis particulièrement impliquée au niveau des problématiques de retraite et de prestations sociales pour les Français des Pays-Bas.

Si la question sociale est centrale à mes engagements d’élue, mon travail à la Sociale Verzekeringsbank (gestionnaire de prestations et pensions aux Pays-Bas) fait que je suis réellement, à plusieurs niveaux, impliquée et informée.

Dans mon travail d’élue de terrain, je rencontre beaucoup de Français qui partagent avec moi leurs soucis et questions quant aux problèmes de retraite typiques des polyassurés sur plusieurs pays.

A ce titre je suis particulièrement satisfaite de voir prochainement la tenue des journées informations retraite dont je vous parlais récemment.

Lors de mes permanences d’élue, la problématique des certificats de vie revient régulièrement. De nombreuses personnes signalent la complexité de leur situation. En effet, comme elles perçoivent plusieurs retraites, plusieurs caisses leur demandent, à des moments différents, des certificats de vie, impliquant de coûteux (et parfois compliqués) trajets pour les faire remplir et signer par les autorités compétentes (le consulat général de France souvent)…

Bientôt tout cela sera heureusement de l’histoire ancienne !

En effet j’ai récemment participé à Paris à une journée d’échanges entre le CLEISS la CNAV et la SVB. Ma double casquette d’interprète et d’élue des Français des Pays-Bas s’est révélée très pertinente.

Je peux vous annoncer que prochainement, les certificats de vie des Français des Pays-Bas touchant une retraite de la France ne seront plus nécessaires puisqu’un échange automatique de données concernant les décès aura été mis en place.

La délégation néerlandaise avec Philippe Sanson, directeur du CLEISS

La délégation néerlandaise avec Philippe Sanson, directeur du CLEISS

Cet échange doit tout d’abord faire l’objet d’un protocole de test très encadré qui devrait se tenir au début 2017.

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant des délais. Initule de vous dire que je suis vraiment satisfaite de cette avancée décisive qui va faciliter la vie des retraités français des Pays-Bas.

Quant aux futurs retraités, n’oubliez pas de vous inscrire aux journées d’information dont je vous parlais dans mon article.

Partagez!

Vous le savez sans doute maintenant, je tiens régulièrement des permanences d’élue. Actuellement à La Haye et Amsterdam, il se peut qu’elles aient également lieu dans d’autres villes à l’avenir. Cet engagement de campagne me tient à coeur et les nombreuses personnes rencontrées et les échanges constructifs générés par ces rencontres me confirment la nécessité de poursuivre ces permanences en 2017. Je suis particulièrement ravie de voir que je parviens à avancer sur des sujets concrets comme les certificats de vie.

MarianneOn me demande parfois à quoi servent ces permanences et sur quels sujets les Français des Pays-Bas souhaitent échanger avec moi. En respectant la confidentialité de nos échanges, je peux toutefois vous informer avoir parlé de sujets aussi divers et riches que les retraites et les certificats de vie, les gardes d’enfants et les problématiques liées aux divorces internationaux mais aussi l’enseignement du français et en français, les cours FLAM, le paysage culturel aux Pays-Bas et bien d’autres sujets encore…

Lors de ma récente permanence à La Haye j’ai ainsi eu le plaisir de faire connaissance avec Michel Armand Demai. Michel habite aux Pays-Bas depuis plus de 3 décennies et a un parcours atypique. Conducteur de trams la nuit dans la région de La Haye, il est poète le jour ! Son objectif actuel est d’entrer en contact avec la communauté française et francophone des Pays-Bas afin de faire connaitre sa poésie.

Le poète et la conseillère

Le poète et la conseillère

Lors de notre rendez-vous, il m’a parlé de son parcours et de son travail de poète mais aussi de ses fonctions en tant que délégué de l’association Arts et Lettres de France aux Pays-Bas. Il m’a invitée à lire ses recueils publiés et m’en a même dédicacé un (La voix du poète).

J’ai échangé avec lui sur les diverses possibilités de mettre en valeur son travail et sa poésie. J’ai ainsi l’intention de le convier à un prochain Goûter Culture de la fondation Trait d’Union et depuis notre rencontre je fais connaitre son travail à la communauté (en commençant par cet article à partager à volonté).

Pour découvrir dès maintenant le travail de Michel, rendez-vous sur son site Web.

Si vous souhaitez lire ses écrits, merci de me contacter, je vous prêterai un de ses recueils. Depuis ma rencontre, je lis tranquillement ici et là un poème de Michel et je me transporte avec délice dans son univers créatif.

Comme l’écrivait Voltaire dans son dictionnaire philosophique “La poésie est la musique de l’âme, et surtout des âmes grandes et sensibles”. Vendredi dernier, en plus d’avoir rencontré un compatriote, j’ai fait la connaissance d’une belle personne.

Merci Michel et à très bientôt !

Partagez!

Tags

Hélène Degryse