Cela vous a peut-être échappé mais les Pays-Bas seront le premier pays à voter (avant la France et l’Allemagne) au cœur d’une période cruciale en Europe et dans le monde.

Compte tenu de la conjoncture actuelle et du péril populiste, les élections néerlandaises intéressent beaucoup plus que d’habitude, certains n’hésitant pas à faire des Pays-Bas le pays qui pourrait entrainer l’Europe dans sa chute ou générer son sursaut.

Binationale depuis quelques années, je suis d’autant plus “satisfaite” de pouvoir exprimer ma voix et voterai avec une émotion sincère le mercredi 15 mars.

Beaucoup de choses me frappent en tant que Française quand je compare avec les élections en France. Aux Pays-Bas, le vote est beaucoup moins “sacralisé” qu’en France, les procédures pour faire des procurations sont simples et flexibles, le vote a lieu en semaine et des bureaux de vote sont installés partout dans les grandes villes (notamment dans les écoles et les maisons de quartiers). On verra si cela permet une participation plus grande le 15 mars.

Alors bien sûr, ici aussi de nombreux débats ont lieu mais le débat qui fait toujours l’événement entre les têtes de liste est celui qui aura lieu, le dimanche 5 mars, dans une salle de concert magique, le Carré d’Amsterdam.

Et oui cette année aussi aura lieu le désormais traditionnel “Carrédébat”, dans l’illustre salle de spectacle de la capitale. Pour avoir une idée de l’ambiance mise en musique cliquez ici.

Pour ce débat comme pour les concerts, il est possible d’acheter des places (55 € l’unité quand même).

Les débats sont cette année très controversés, certains candidats décident ainsi de ne pas participer à certains. Geert Wilders a indiqué qu’il ne prendrait pas part au débat de Carré…

Alors après le glam rock de Bryan Ferry, le grand théâtre politique de Mark/Lodewijk/Emile/Jesse/Alexander/Marianne et les autres ? Que nenni ! Je  serai alors à Paris, à l’Assemblée des Français des l’étranger.

 

Partagez!

Le week-end qui vient de passer fut riche en actualités politiques : plusieurs candidats à l’élection présidentielle avaient en effet choisi de tenir de grands rassemblements.

Le vainqueur “médiatique” incontestable et incontesté du week-end est Jean-Luc Mélenchon. Le candidat fit en effet le “buzz” technique et médiatique en apparaissant simultanément à Paris et à Lyon grâce à un hologramme.

La presse et les commentateurs politiques (officiels ou officieux, de droite et de gauche d’ailleurs) et les geeks soulignèrent l’inventivité et la prouesse technique du candidat Mélenchon qui, à 65 ans, fit ainsi presque preuve d’ubiquité…

Fan de mode devant l’éternel, je ne pus m’empêcher de sourire…

En 2006 (il y a donc 11 ans de cela !), le surdoué créateur Alexander McQueen écrivit une nouvelle page de l’histoire de la mode avec son défilé « Widows of Culloden » qui montra une facette très poétique de son travail avec de nombreuses références à l’Ecosse.

A la fin du défilé, Kate Moss fit une apparition éthérée sous forme d’hologramme à l’intérieur d’une pyramide de verre. Elle y danse délicatement sur la musique mélancolique de John Williams pour la Liste de Schindler. Cette séquence, elle-même inspirée par le film des frères Lumière « Danse serpentine », fut un véritable tour de force.

Kate Moss, alors clouée au pilori suite à une histoire de stupéfiants révélée par les tabloïds anglais, renait pour ainsi dire de ses cendres, ressuscitée (ou plutôt réhabilitée !) par son éternel ami mais aussi par tout le monde de la mode !

Alors Kate Moss et Jean-Luc Mélenchon même combat ?

Je n’irai pas jusque là mais je suis amusée de voir la politique qui fait le buzz en répétant (11 ans après, volontairement ou non) une séquence historique de la mode qui elle-même s’inspire du cinéma et de la société.

Partagez!

L’Assemblée des Français de l’étranger m’a donné l’occasion de rencontrer des collègues du monde entier, des gens passionnants aux parcours aussi divers que passionnants. Olivier Piton fait partie de ces personnes que j’apprécie beaucoup.

Conseiller consulaire pour la circonscription de Washington et suppléant de Frédéric Lefebvre, député des Français d’Amérique du Nord, il est donc aussi Conseiller AFE et président de la Commission des lois, des règlements et des affaires consulaires de cette assemblée.

O. Piton

Mais attendez ce n’est pas tout, au printemps dernier, il me parla de son “bébé”, son livre “La nouvelle révolution américaine” qui s’articule autour de la campagne présidentielle américaine.

Moi-même fascinée par ce pays et revenant tout juste d’un inoubliable périple dans l’ouest américain, j’ai suivi avec un intérêt accru la sortie du livre d’Olivier et sa campagne presse menée tambour battant.

J’ai tout de suite eu un projet : faire venir Olivier à Amsterdam pour qu’il y parle de son livre et de ces élections historiques.

Il accepta tout de suite, il me restait donc à trouver la plateforme idéale pour lui.

Pierre-Pascal Bruneau, du Temps Retrouvé (librairie française d’Amsterdam dont je vous parle régulièrement) et de la fondation l’Echappée Belle (aka “monsieur culture francophone” à Amsterdam) fut tout de suite enthousiasmé par mon idée.

Il mit rapidement en place avec son équipe une soirée électorale US en coopération avec l’Institut français et l’OBA, la prestigieuse (et magnifique) bibliothèque municipale autour du livre d’Olivier.

Je suis vraiment ravie de vous inviter à assister, le 28 octobre prochain à l’OBA à 20h, à l’événement « Les élections américaines ». Le programme sera très riche et fascinant alors que la campagne présidentielle abordera sa dernière ligne droite.

Une traduction simultanée sera disponible en NL, n’hésitez pas donc à partager l’événement avec vos amis néerlandais. Pour réserver les écouteurs pour la traduction, il suffit d’envoyer un mail à claire@echappeebelle.nl

Pour réserver vos places c’est ici !

Le livre (très bien écrit et vraiment très intéressant) « La nouvelle révolution américaine »  se commande ici.

 

Vous le savez peut-être je suis, depuis 2 ans maintenant, franco-néerlandaise.

Je suis très fière d’avoir acquis la nationalité de mon second pays. La cérémonie d’entrée dans la nationalité néerlandaise reste un souvenir très fort qui se déroula en plus le jour de mon anniversaire ! Depuis, quelque chose a changé en moi, je me sens encore plus citoyenne du monde et j’ai donc suivi avec étonnement les débats médiocres et faux et les amalgames suscités par le projet (avorté heureusement) de révision de la constitution.

Ce mercredi (6 avril) je vais ainsi avoir l’opportunité de voter lors du « référendum d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine ».

Ce référendum fait moins l’évènement que celui du « Brexit » mais sa portée pourrait être grande… Surtout en cas de victoire du non.

Vote NLL’histoire de la tenue de ce référendum est atypique. Depuis le 1er juillet 2015, une loi entrée en vigueur aux Pays-Bas permet d’appeler à un référendum (consultatif) si 300 000 signatures ont été recueillies dans ce but. Dans le cas présent, ce sont 470 000 signatures qui ont été réunies et le référendum risque de donner lieu à un réquisitoire anti-européen.

La loi prévoit la validation du résultat uniquement si la participation est supérieure à 30% ce qui devrait être largement le cas.

Ce référendum obligera en tous les cas un nouveau vote à la Tweede Kamer. A un an des prochaines élections, il est clair, la tension monte.

BulletinQuant à moi, mon choix est fait, je sais ce que je voterai bien évidemment !

Où par contre je ne sais pas, les scrutins aux Pays-Bas sont beaucoup moins « sacralisés » qu’en France et permettent une participation simplifiée et de fait plus importante. Irai-je voter dans l’école de mes enfants ? Dans la maison de quartier ou en revenant d’une visite client dans un autre quartier ? Je ne sais pas…. Sur le bulletin de vote un bureau de vote du quartier est indiqué, il est cependant possible de voter dans toute la ville et cela de 7h30 à 21h ! Pour les binationaux comme moi, bon vote !

 

Tags

Hélène Degryse