J’ai récemment eu l’honneur de voter aux élections législatives néerlandaises. Binationale depuis quelques années, j’ai ressenti une grande émotion en prenant part à ce scrutin historique à bien des égards.

Si les Français des Pays-Bas peuvent voter aux élections locales et européennes aux Pays-Bas, le vote aux législatives est réservé aux Néerlandais.

Depuis que je suis conseillère (AFE puis consulaire) beaucoup de Français des Pays-Bas me contactent pour des questions de nationalité.

Une question revient souvent : “puis-je obtenir la nationalité néerlandaise ?”, question très souvent complétée par “sans perdre la nationalité française ! « .

Le présent texte, nullement exhaustif et totalement personnel, explique juste la procédure que j’ai moi-même suivie.

  • Pour obtenir la nationalité néerlandaise (sans perdre la française), j’ai suivi la procédure “Nederlander worden door optie”. J’ai mis le lien de la ville d’Amsterdam qui est ma municipalité.
  • La condition que j’ai remplie est la suivante “U bent ten minste drie jaar getrouwd met een Nederlander. En u woont ten minste vijftien jaar onafgebroken en met een verblijfsvergunning in het Koninkrijk.”
  • La procédure fut très rapide, la décision prise en 2/3 semaines, la cérémonie en elle-même eut lieu moins de 3 mois après le dépôt du dossier.

La double-nationalité est une question sensible et souvent au coeur des campagnes (populistes). Geert Wilders et Martine Le Pen souhaitant par exemple l’interdire…

C’est aussi une question qui évolue régulièrement, il faut donc toujours en suivre l’actualité.

On m’a souvent demandé pourquoi j’avais souhaité obtenir également la nationalité néerlandaise, c’est une question personnelle à laquelle je répondrai peut-être dans un prochain billet.

Le présent article sera mis à jour avec les infos et témoignages que vous voudrez bien partager.

Partagez!

Le week-end qui vient de passer fut riche en actualités politiques : plusieurs candidats à l’élection présidentielle avaient en effet choisi de tenir de grands rassemblements.

Le vainqueur “médiatique” incontestable et incontesté du week-end est Jean-Luc Mélenchon. Le candidat fit en effet le “buzz” technique et médiatique en apparaissant simultanément à Paris et à Lyon grâce à un hologramme.

La presse et les commentateurs politiques (officiels ou officieux, de droite et de gauche d’ailleurs) et les geeks soulignèrent l’inventivité et la prouesse technique du candidat Mélenchon qui, à 65 ans fit ainsi presque preuve d’ubiquité…

Fan de mode devant l’éternel, je ne pus m’empêcher de sourire…

En 2006 (il y a donc 11 ans de cela !), le créateur surdoué Alexander McQueen écrivit une nouvelle page de l’histoire de la mode avec son défilé « Widows of Culloden » qui montra une facette plus poétique de son travail.

A la fin du défilé, Kate Moss fit une apparition éthérée sous forme d’hologramme à l’intérieur d’une pyramide de verre. Elle y danse délicatement sur la musique mélancolique de John Williams pour la Liste de Schindler. Cette séquence, elle-même inspirée par le film des frères Lumières (1896) « Danse serpentine », fut un véritable tour de force.

Kate Moss, alors clouée au pilori suite à une histoire de stupéfiants révélée par les tabloïds anglais, renait pour ainsi dire de ses cendres, ressuscitée (ou plutôt réhabilitée !) par le monde de la mode !

Alors Kate Moss et Jean-Luc Mélenchon même combat ?

Je n’irai pas jusque là mais je suis amusée de voir la politique qui (10 ans après) répète (volontairement ou non) une séquence historique de la mode qui elle-même s’inspire du cinéma et de la société.

Tags

Hélène Degryse