Vous le savez sans doute maintenant, j’aime particulièrement lorsque la mode, l’art et la tradition sont à la fête aux Pays-Bas.

L’an dernier, j’ai donc été particulièrement enthousiaste lorsque j’ai été approchée par un collectif d’artistes qui voulaient organiser un salon pour présenter et célébrer leurs savoir-faire.

Leur projet a mûri en beauté et samedi 8 avril (de 10h à 18h), ce sera enfin l’heure de découvrir les “Singularités Artisanes”.

Cet événement gratuit, dans le cœur historique d’Amsterdam, sera l’occasion unique de découvrir 4 femmes dynamiques et passionnées : Amélie, Lineda, Adeline et Mai-Loan qui nous feront entrer dans le monde magique de la restauration de peinture ou de mobilier, de la création de bijoux et d’accessoires de maroquinerie.

Ce salon vous permettra de découvrir (en français, anglais et néerlandais) ces métiers d’art et d’artisanat si uniques.

L’événement a lieu à l’hôtel Hoxton, le centre de la branchitude actuelle.

Alors on se donne rendez-vous samedi ? Venez nombreux !

 

 

Partagez!

J’ai récemment eu l’honneur de voter aux élections législatives néerlandaises. Binationale depuis quelques années, j’ai ressenti une grande émotion en prenant part à ce scrutin historique à bien des égards.

Si les Français des Pays-Bas peuvent voter aux élections locales et européennes aux Pays-Bas, le vote aux législatives est réservé aux Néerlandais.

Depuis que je suis conseillère (AFE puis consulaire) beaucoup de Français des Pays-Bas me contactent pour des questions de nationalité.

Une question revient souvent : “puis-je obtenir la nationalité néerlandaise ?”, question très souvent complétée par “sans perdre la nationalité française ! « .

Le présent texte, nullement exhaustif et totalement personnel, explique juste la procédure que j’ai moi-même suivie.

  • Pour obtenir la nationalité néerlandaise (sans perdre la française), j’ai suivi la procédure “Nederlander worden door optie”. J’ai mis le lien de la ville d’Amsterdam qui est ma municipalité.
  • La condition que j’ai remplie est la suivante “U bent ten minste drie jaar getrouwd met een Nederlander. En u woont ten minste vijftien jaar onafgebroken en met een verblijfsvergunning in het Koninkrijk.”
  • La procédure fut très rapide, la décision prise en 2/3 semaines, la cérémonie en elle-même eut lieu moins de 3 mois après le dépôt du dossier.

La double-nationalité est une question sensible et souvent au coeur des campagnes (populistes). Geert Wilders et Martine Le Pen souhaitant par exemple l’interdire…

C’est aussi une question qui évolue régulièrement, il faut donc toujours en suivre l’actualité.

On m’a souvent demandé pourquoi j’avais souhaité obtenir également la nationalité néerlandaise, c’est une question personnelle à laquelle je répondrai peut-être dans un prochain billet.

Le présent article sera mis à jour avec les infos et témoignages que vous voudrez bien partager.

Partagez!

Parfois on se rend compte de la valeur des êtres, des oeuvres et des choses quand, après une longue séparation, on les retrouve enfin. C’est ce sentiment qui me traversa lors de la conférence de presse annonçant le retour, après 14 ans de disparition, de 2 illustres tableaux de Vincent Van Gogh.

Vous vous en souvenez peut-être : le 7 décembre 2002, ces deux tableaux « Zeezicht bij Scheveningen » (Plage de Scheveningen) et « Uitgaan van de Hervormde Kerk te Nuenen » (Sortie de l’église de Nuenen) furent dérobés par deux voleurs qui avait creusé un trou dans le mur du musée.

Le vol, spectaculaire et rapide, laissait envisager le pire quant à l’état des tableaux. Le directeur du musée Van Gogh, Axel Rüger, qui aime les images fortes, parle d’un second miracle. En effet, les tableaux, retrouvés au cœur de la mafia napolitaine, sont dans un bon état global même si une partie (inférieure gauche) manque à la vue de Scheveningen.

Ce mardi matin, l’humeur était à la fête et la ministre de la culture, Jet Bussemaker, souligna la valeur culturelle universelle de ces tableaux que des générations de visiteurs peuvent désormais revoir dans la capitale des Pays-Bas.

Rüger insista sur l’importance des deux oeuvres pour le musée et dans l’oeuvre du peintre. La vue de Scheveningen est la seule oeuvre de la période haguenoise du peintre tandis que l’autre peinture joue un rôle sentimental unique dans l’oeuvre de Van Gogh : il l’offrit à sa mère alors que celle-ci avait la jambe plâtrée et il la modifia après le décès de son père.

Rüger remercia longuement les autorités italiennes qui découvrirent les tableaux et ajouta que désormais les tableaux étaient extrêmement protégés.

Les deux tableaux sont à admirer dès demain mercredi 22 mars et jusqu’au 14 mai. Ils seront ensuite analysés et restaurés.

Alors allez vite les voir !

Van Gogh superstar

Partagez!

Les Français et étrangers qui s’installent aux Pays-Bas s’étonnent souvent de l’horizontalité apparente de la société. Ici si hiérarchie il y a, elle est beaucoup plus diffuse et subtile. Le tutoiement est facile, les patrons font le café eux-mêmes et un grand respect régit les relations de travail.

Etre proche des gens est une règle qui s’applique tant à la classe politique qu’au roi et la reine. C’est ainsi que lundi, le roi Willem-Alexander a diffusé une invitation pas comme les autres pour son anniversaire.

Depuis son couronnement, son anniversaire (le 27 avril) est la fête nationale du pays et en 2017, pour ses 50 ans,  il invite 150 personnes à le fêter avec  lui et son épouse au palais du Dam s’il vous plait, le 28 avril.

Alors comment faire ? Tout d’abord il faut être né également le 27 avril et fêter un âge multiple de 5. Il convient ensuite de s’inscrire sur le site et espérer être tiré au sort. Pour tout savoir, rendez-vous sur le site www.wa50.nl.

Après le dîner le palais restera ouvert 50 heures d’affilée ! Gezellig non ?

 

 

 

 

Partagez!

En pédalant devant le Scheepvaartmuseum (Musée de la marine à Amsterdam), je repense à la visite officielle de François Hollande le 20 janvier 2014, il y a 3 ans exactement, dans ce lieu.

Cette très réussie visite a redynamisé durablement la relation bilatérale et stimulé les échanges commerciaux et culturels entre “mes” deux pays.

Dans son discours, le président Hollande parlait de la France comme un pays “utile au monde”. Depuis 2014, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts (image parfaite pour Amsterdam, vous en conviendrez !).

La France, l’Europe et le monde ont été régulièrement touchés par le terrorisme, le paysage politique français semble être à la croisée des chemins. François Hollande a choisi de ne pas briguer un second mandat.

Je pense aussi qu’en ce jour, Trump deviendra officiellement le 45e Président des Etats-Unis d’Amérique. Etrange époque….

 

Les photos officielles du 20 janvier 2014 se trouvent ici.

Partagez!

Vous le savez sans doute, je suis depuis les premières heures “fan” du Temps Retrouvé et de sa sympathique équipe qui fait vraiment vivre la culture et le livre français et en français à Amsterdam.

Depuis le printemps dernier, Pierre-Pascal Bruneau et son équipe ont élargi leur champ d’action en inaugurant la cinémathèque l’Echappée Belle dont je vous parlais déjà ici.

Depuis le 1er décembre 2016, le Temps Retrouvé Jeunesse a vu le jour pour le grand bonheur de tous les enfants (et parents) francophones d’Amsterdam et des environs.

Le 3 décembre eut lieu l’inauguration officielle avec de nombreux enfants, un spectacle de marionnettes et une lecture, le tout dans une ambiance très chaleureuse.

Mot de bienvenue par Claire

Le Temps Retrouvé jeunesse n’est pas une simple librairie et propose également des activités, en français bien évidemment. La section jeunesse du Temps Retrouvé est le “bébé” de Claire Phan Tan Luu, maman d’une enfant scolarisée dans le système local, elle connait parfaitement les enjeux pour faire vivre le français dans un univers néerlandais. Partant de ce constat, elle souhaite aider tous les parents en organisant deux types d’événements chaque mois à la librairie :

-un spectacle de marionnettes chaque 2e samedi du mois à 16h animé par Monsieur Théâtre.

-un atelier thématique par mois chaque 3e mercredi du mois organisé selon 2 tranches d’âge (de 4 à 7ans de 14h à 15h15 et de 8 à 11 ans de 15h30 à 16h30). L’atelier est organisé en coopération avec Lu Planet qui travaille à partir d’éléments du quotidien. Le premier atelier, le 18 janvier, permettra la création d’un livre 100% fait main et recyclé à 98%.

Je suis déjà fan du concept ! Les prochains ateliers auront pour thème les marionnettes, les cadres, les animaux, les jardins et les percussions.

A noter, les amis de la fondation L’échappée Belle bénéficient d’un tarif réduit sur ces activités : 10€ au lieu de 12,50€ pour les ateliers et 3 € au lieu de 4 € pour l’atelier marionnettes.

En cette nouvelle année, je présente tous mes vœux de réussite à l’équipe du Temps Retrouvé et en particulier à Claire pour cette initiative promise à un beau succès !

Note aux lecteurs : le Temps Retrouvé jeunesse se trouve à la même adresse que le Temps Retrouvé  : Keizersgracht 529

Partagez!

Vous le savez sans doute maintenant, je tiens régulièrement des permanences d’élue. Actuellement à La Haye et Amsterdam, il se peut qu’elles aient également lieu dans d’autres villes à l’avenir. Cet engagement de campagne me tient à coeur et les nombreuses personnes rencontrées et les échanges constructifs générés par ces rencontres me confirment la nécessité de poursuivre ces permanences en 2017. Je suis particulièrement ravie de voir que je parviens à avancer sur des sujets concrets comme les certificats de vie.

MarianneOn me demande parfois à quoi servent ces permanences et sur quels sujets les Français des Pays-Bas souhaitent échanger avec moi. En respectant la confidentialité de nos échanges, je peux toutefois vous informer avoir parlé de sujets aussi divers et riches que les retraites et les certificats de vie, les gardes d’enfants et les problématiques liées aux divorces internationaux mais aussi l’enseignement du français et en français, les cours FLAM, le paysage culturel aux Pays-Bas et bien d’autres sujets encore…

Lors de ma récente permanence à La Haye j’ai ainsi eu le plaisir de faire connaissance avec Michel Armand Demai. Michel habite aux Pays-Bas depuis plus de 3 décennies et a un parcours atypique. Conducteur de trams la nuit dans la région de La Haye, il est poète le jour ! Son objectif actuel est d’entrer en contact avec la communauté française et francophone des Pays-Bas afin de faire connaitre sa poésie.

Le poète et la conseillère

Le poète et la conseillère

Lors de notre rendez-vous, il m’a parlé de son parcours et de son travail de poète mais aussi de ses fonctions en tant que délégué de l’association Arts et Lettres de France aux Pays-Bas. Il m’a invitée à lire ses recueils publiés et m’en a même dédicacé un (La voix du poète).

J’ai échangé avec lui sur les diverses possibilités de mettre en valeur son travail et sa poésie. J’ai ainsi l’intention de le convier à un prochain Goûter Culture de la fondation Trait d’Union et depuis notre rencontre je fais connaitre son travail à la communauté (en commençant par cet article à partager à volonté).

Pour découvrir dès maintenant le travail de Michel, rendez-vous sur son site Web.

Si vous souhaitez lire ses écrits, merci de me contacter, je vous prêterai un de ses recueils. Depuis ma rencontre, je lis tranquillement ici et là un poème de Michel et je me transporte avec délice dans son univers créatif.

Comme l’écrivait Voltaire dans son dictionnaire philosophique “La poésie est la musique de l’âme, et surtout des âmes grandes et sensibles”. Vendredi dernier, en plus d’avoir rencontré un compatriote, j’ai fait la connaissance d’une belle personne.

Merci Michel et à très bientôt !

Partagez!

Et oui c’est ce qui s’est passé cette semaine à l’hôpital de la capitale VU. Au lieu des habituels laveurs de vitres, les jeunes enfants qui ont la malchance d’être hospitalisés en ce mois de fête, ont eu l’heureuse surprise de voir arriver Batman, Superman et Spiderman.

superhelden

 

La scène, immortalisée par la télévision nationale, fait vraiment chaud au coeur. Les superhéros ont ensuite distribué des cadeaux et posé avec les patients. Cette aventure était organisée par la station de radio 538. Une bien belle  action n’est-ce pas ?

 

Vous le savez sans doute maintenant, je tiens régulièrement des permanences d’élue. Actuellement à La Haye et Amsterdam, il se peut qu’elles aient également lieu dans d’autres villes à l’avenir. Cet engagement de campagne me tient à coeur et les nombreuses personnes rencontrées et les échanges constructifs générés par ces rencontres me confirment la nécessité de poursuivre ces permanences en 2017. Je suis particulièrement ravie de voir que je parviens à avancer sur des sujets concrets comme les certificats de vie.

MarianneOn me demande parfois à quoi servent ces permanences et sur quels sujets les Français des Pays-Bas souhaitent échanger avec moi. En respectant la confidentialité de nos échanges, je peux toutefois vous informer avoir parlé de sujets aussi divers et riches que les retraites et les certificats de vie, les gardes d’enfants et les problématiques liées aux divorces internationaux mais aussi l’enseignement du français et en français, les cours FLAM, le paysage culturel aux Pays-Bas et bien d’autres sujets encore…

Lors de ma récente permanence à La Haye j’ai ainsi eu le plaisir de faire connaissance avec Michel Armand Demai. Michel habite aux Pays-Bas depuis plus de 3 décennies et a un parcours atypique. Conducteur de trams la nuit dans la région de La Haye, il est poète le jour ! Son objectif actuel est d’entrer en contact avec la communauté française et francophone des Pays-Bas afin de faire connaitre sa poésie.

Le poète et la conseillère

Le poète et la conseillère

Lors de notre rendez-vous, il m’a parlé de son parcours et de son travail de poète mais aussi de ses fonctions en tant que délégué de l’association Arts et Lettres de France aux Pays-Bas. Il m’a invitée à lire ses recueils publiés et m’en a même dédicacé un (La voix du poète).

J’ai échangé avec lui sur les diverses possibilités de mettre en valeur son travail et sa poésie. J’ai ainsi l’intention de le convier à un prochain Goûter Culture de la fondation Trait d’Union et depuis notre rencontre je fais connaitre son travail à la communauté (en commençant par cet article à partager à volonté).

Pour découvrir dès maintenant le travail de Michel, rendez-vous sur son site Web.

Si vous souhaitez lire ses écrits, merci de me contacter, je vous prêterai un de ses recueils. Depuis ma rencontre, je lis tranquillement ici et là un poème de Michel et je me transporte avec délice dans son univers créatif.

Comme l’écrivait Voltaire dans son dictionnaire philosophique “La poésie est la musique de l’âme, et surtout des âmes grandes et sensibles”. Vendredi dernier, en plus d’avoir rencontré un compatriote, j’ai fait la connaissance d’une belle personne.

Merci Michel et à très bientôt !

Vous le savez probablement désormais, j’aime beaucoup ma ville d’adoption et je ne manque aucune occasion de vous en faire les louanges.

Mon amour n’est cependant pas aveugle et ces derniers mois, que dis-je années, je me rends également compte qu’Amsterdam est de plus en plus bondée et surtout sale… Mes récents séjours à Rotterdam, en Zélande et dans le Limbourg m’ont montré à quel point les autres régions et villes des Pays-Bas étaient plus propres et que cela résultait aussi d’une volonté politique et municipale…

Parfois quand l’état de saleté présente un danger dans le quartier (débris de verre près des aires de jeux des enfants par exemple) je contacte la municipalité et je tweete, engendrant un nettoyage anticipé de certaines zones.

Ces soucis sont-ils en passe de devenir de l’histoire ancienne ? Je l’espère sincèrement !

Amsterdam vient d’annoncer qu’elle déclarait la guerre à la saleté en mettant un énorme plan (annoncé par la ville le 22 novembre dernier) avec 10 mesures-phares et un montant supplementaire de 11,2 millions d’euros.

Alors 2017 année de la propreté ? Vivement le 1er janvier pour le défi du nettoyage des détritus des feux d’artifice et des pétards. Pour tout savoir consulter la page de la municipalité !

« Samen voor een schoon Amsterdam » : voici la nouvelle devise de la capitale.

Tags

Hélène Degryse