J’ai passé quelques jours à Paris la semaine dernière. J’ai articulé mon bref séjour autour de la session AFE mais j’en ai aussi profité pour revoir des amis et faire le plein de culture.

Pour nous Français de l’étranger, Paris représente la ville du rêve et du style, nous y sommes tous attachés même si ce n’est pas notre ville d’origine.

Depuis mon dernier séjour au printemps, la capitale semble quelque peu apaisée et le soleil ambiant lors de ma visite a contribué à détendre les esprits.

Simple conseillère consulaire depuis mai 2014, je ne siège donc pas à l’AFE (je vais y revenir à l’horizon 2019 et vous expliquerai prochainement comment et pourquoi). J’y ai cependant de nombreux contacts et je m’investis pour y passer quand je le peux.

Garder le contact avec l’assemblée est important, à mes yeux, pour mon travail d’élue de terrain aux Pays-Bas. Rencontrer les collègues du monde entier permet en effet d’avancer plus rapidement sur certaines problématiques.

Après les balbutiements logiques du début, l’Assemblée nouvelle formule semble enfin avoir pris sa vitesse de croisière et le travail en commission est sérieux et productif. La séance plénière m’a cependant laissé un goût quelque peu amère où les clivages droite gauche se faisaient ressentir… L’emportement du secrétaire d’état Matthias Fekl, d’habitude d’une courtoisie extrême, m’a surprise.

Je vous informerai prochainement dans les grandes lignes des sujets abordés lors de cette session.

Pour moi Paris c’est aussi l’occasion de retrouver quelques amis chers, j’ai par exemple été ravie de retrouver Vincent Gutmann, mon camarade de la campagne des consulaires “Les pieds sur terre”. Retour en France, familles et amis, éducation, carrière, nous avons passé en revue d’importants sujets toujours dans une ambiance très « gezellig ».

Paris c’est également pour moi l’occasion de retrouver Antoine mon ami de classe prépa, qui m’avait comme d’habitude concocté un superbe programme composé de marches, de rencontres, d’expos et de restaurants.

 

J’ai beaucoup aimé l’exposition Alber Elbaz / Lanvin à la Maison européenne de la photographie, programme idéal alors que la fashion week de Paris s’achevait. Le soir nous sommes allés à Chaillot célébrer les 30 ans de carrière de l’illustre chorégraphe Angelin Preljocaj. La soirée, plutôt désordonnée, comprit cependant deux moments forts : la première danse « L’aventure Coloniale » et le concert de Natacha Atlas et sa voix divine. J’ai ensuite eu le plaisir de rencontrer brièvement le chorégraphe pour un cliché d’anniversaire.

De retour à Amsterdam, je me rendis compte que la capitale batave avait revêtu son manteau d’automne. Ravie de retrouver ma ville et ma famille, j’éprouvais ce sentiment fort d’avoir vécu une fois encore des moments d’exception. A bientôt Paris !

Comments are closed.