Au début du mois, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a choisi de s’exprimer en anglais lors d’une visite en Allemagne. Regrettant de ne pas pouvoir s’exprimer en allemand (devant un parterre international), il expliqua avoir choisi l’anglais par facilité et pour être compris.

Cette visite internationale eut un grand écho et Macron fut par la suite accusé de tous les maux (par ses adversaires) pour n’avoir pas parlé français : trahison nationale, désertion, posture calculée moderne etc..

Tout semble en effet actuellement bon (de l’extrême droite à la gauche) pour taper sur “le” Macron.

Certains insinuèrent même que cet emploi de l’anglais s’inscrivait en réalité dans une stratégie de ringardisation de la francophonie et de dissimulation de son inexpérience…

Je vous confesse avoir été interloquée puis finalement attristée par toutes ces réactions.

Vivant à l’étranger depuis bien longtemps, je sais que parler une langue autre que sa langue maternelle n’est pas renier celle-ci bien au contraire. Je sais aussi que c’est en parlant très bien néerlandais et anglais que je fais finalement le mieux la promotion de la France et du français.

Vous le savez certainement, aux Pays-Bas, l’anglais est réellement une langue que l’on parle très bien et activement. Les Néerlandais sont d’ailleurs réputés pour leur maîtrise des langues en général avec, il est vrai aussi le français en perte de vitesse.

J’avoue ainsi avoir été plusieurs fois très gênée en constatant que les représentants de la France (tout en ayant suivi pour la plupart de longues études) n’étaient, en visite aux Pays-Bas, pas en mesure de s’exprimer autrement qu’en français et qu’ils se reposaient sur le niveau de français de leurs homologues NL.

Timmermans et Fabius 2013

A l’inverse, j’avais ressenti une immense fierté devant le brillant discours en français de Frans Timmermans, alors ministre des Affaires Etrangères des Pays-Bas lors de l’inauguration de l’Ambassade de France aux Pays-Bas. Il avait rendu bien pâle, tant sur le fond que sur la forme, le discours de son homologue français de l’époque Laurent Fabius…

En 2015, lors de sa visite aux Pays-Bas pour le grand départ du tour de France et de l’année économique franco-néerlandaise, Emmanuel Macron (alors ministre de l’Economie) s’était exprimé en anglais. La France avait alors bénéficié de cet échange direct et positif.

Les Néerlandais me disaient alors, tiens il se débrouille bien en anglais « pour un Français ».

La maitrise suffisante de l’anglais devrait être une condition préalable à tout exercice de fonction politique et de surcroit, la fonction suprême. Tel est d’ailleurs l’avis des Français qui estiment à 41% qu’un président de la République devrait être bilingue tandis que 49% estiment qu’il devrait parler anglais couramment.

Je ne peux m’empêcher de noter que le mauvais niveau d’anglais général des femmes et hommes politiques et leur refus de parler cette langue en public n’a pas permis de lutter contre une perte de vitesse du français dans de nombreux pays, dès lors il serait certainement pertinent d’adopter une autre stratégie non ?

A cet égard, je signale que nos ambassadeurs de France aux Pays-Bas, pour être compris, s’expriment régulièrement en anglais. L’allocution du 14 juillet 2016 fut ainsi en partie prononcée dans la langue de Shakespeare « Oh shocking » ? Pas du tout ! Je sais que la France a marqué des points à cette occasion.

Alors to speak or not to speak “english” cela ne devrait même pas être une question…

Pour finir sur une note d’humour, un petit florilège de nos hommes politiques « parlant » anglais.

Partagez!

En pédalant devant le Scheepvaartmuseum (Musée de la marine à Amsterdam), je repense à la visite officielle de François Hollande le 20 janvier 2014, il y a 3 ans exactement, dans ce lieu.

Cette très réussie visite a redynamisé durablement la relation bilatérale et stimulé les échanges commerciaux et culturels entre “mes” deux pays.

Dans son discours, le président Hollande parlait de la France comme un pays “utile au monde”. Depuis 2014, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts (image parfaite pour Amsterdam, vous en conviendrez !).

La France, l’Europe et le monde ont été régulièrement touchés par le terrorisme, le paysage politique français semble être à la croisée des chemins. François Hollande a choisi de ne pas briguer un second mandat.

Je pense aussi qu’en ce jour, Trump deviendra officiellement le 45e Président des Etats-Unis d’Amérique. Etrange époque….

 

Les photos officielles du 20 janvier 2014 se trouvent ici.

Partagez!

Vous le savez sans doute maintenant, je tiens régulièrement des permanences d’élue. Actuellement à La Haye et Amsterdam, il se peut qu’elles aient également lieu dans d’autres villes à l’avenir. Cet engagement de campagne me tient à coeur et les nombreuses personnes rencontrées et les échanges constructifs générés par ces rencontres me confirment la nécessité de poursuivre ces permanences en 2017. Je suis particulièrement ravie de voir que je parviens à avancer sur des sujets concrets comme les certificats de vie.

MarianneOn me demande parfois à quoi servent ces permanences et sur quels sujets les Français des Pays-Bas souhaitent échanger avec moi. En respectant la confidentialité de nos échanges, je peux toutefois vous informer avoir parlé de sujets aussi divers et riches que les retraites et les certificats de vie, les gardes d’enfants et les problématiques liées aux divorces internationaux mais aussi l’enseignement du français et en français, les cours FLAM, le paysage culturel aux Pays-Bas et bien d’autres sujets encore…

Lors de ma récente permanence à La Haye j’ai ainsi eu le plaisir de faire connaissance avec Michel Armand Demai. Michel habite aux Pays-Bas depuis plus de 3 décennies et a un parcours atypique. Conducteur de trams la nuit dans la région de La Haye, il est poète le jour ! Son objectif actuel est d’entrer en contact avec la communauté française et francophone des Pays-Bas afin de faire connaitre sa poésie.

Le poète et la conseillère

Le poète et la conseillère

Lors de notre rendez-vous, il m’a parlé de son parcours et de son travail de poète mais aussi de ses fonctions en tant que délégué de l’association Arts et Lettres de France aux Pays-Bas. Il m’a invitée à lire ses recueils publiés et m’en a même dédicacé un (La voix du poète).

J’ai échangé avec lui sur les diverses possibilités de mettre en valeur son travail et sa poésie. J’ai ainsi l’intention de le convier à un prochain Goûter Culture de la fondation Trait d’Union et depuis notre rencontre je fais connaitre son travail à la communauté (en commençant par cet article à partager à volonté).

Pour découvrir dès maintenant le travail de Michel, rendez-vous sur son site Web.

Si vous souhaitez lire ses écrits, merci de me contacter, je vous prêterai un de ses recueils. Depuis ma rencontre, je lis tranquillement ici et là un poème de Michel et je me transporte avec délice dans son univers créatif.

Comme l’écrivait Voltaire dans son dictionnaire philosophique “La poésie est la musique de l’âme, et surtout des âmes grandes et sensibles”. Vendredi dernier, en plus d’avoir rencontré un compatriote, j’ai fait la connaissance d’une belle personne.

Merci Michel et à très bientôt !

J’ai récemment passé quelques jours à Paris. J’ai articulé mon bref séjour autour de la 25e session de l’Assemblée des Français de l’étranger.  « Simple » conseillère consulaire depuis mai 2014, je ne suis actuellement pas membre de cette AFE mais j’y retournerai prochainement à la faveur d’un partage de mandat dont je vous reparlerai bientôt.

Pour mener sérieusement mon travail de terrain de conseillère consulaire, j’estime crucial mon contact avec l’Assemblée, cela permet d’avancer plus rapidement et plus efficacement et de faire remonter les problématiques spécifiques des Français des Pays-Bas.

Comme il n’y a actuellement plus d’élu AFE des Pays-Bas suite à des démissions, je tiens d’autant plus à être présente lors des sessions.

J’ai assisté aux séances plénières du jeudi et vendredi avec la présentation des rapports des commissions. J’ai suivi attentivement la présentation de la Commission des lois, règlements et Affaires consulaires, notamment un très intéressant rapport sur les consulats européens (de Ronan Le Gleut). J’ai également assisté à la présentation de la Commission Sécurité et protection des personnes et des biens toujours très attendue en raison des différents conflits actuels, du terrorisme et aussi de la cybercriminalité.

A savoir, plus tôt dans la semaine Jean-Marc Ayrault et Matthias Fekl étaient venus à l’AFE et avaient souligné l’importance des échéances électorales à venir et avaient présenté le processus de modernisation du service public consulaire.

Les travaux des différentes commissions seront prochainement disponibles sur le site Web de l’Assemblée.

En marge de ce séjour, j’ai été conviée par l’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger à une réception suite à la récente élévation de son président, Jean-Pierre Bansard, à la dignité de Grand Officier de la Légion d’honneur. La réception se déroulait dans le prestigieux et magnifique Hôtel de Salm et donna lieu à un superbe concert des LGT jeunes solistes. J’ai eu l’occasion de saluer Bernard Kouchner, ancien Ministre des Affaires Etrangères, qui s’exprima sur la géopolitique et les défis actuels et passés. Ce fut une très belle soirée.

Avec Bernard Kouchner

Avec Bernard Kouchner

Je suis particulièrement satisfaite d’avoir pu m’entretenir avec le Sénateur Olivier Cadic lors d’un petit déjeuner de travail au Sénat.

Avec Olivier Cadic après une petit déjeuner de travail

Avec Olivier Cadic après un petit déjeuner de travail au Sénat

J’ai souhaité échanger avec lui sur l’enseignement français et en français à Amsterdam en particulier : l’offre s’arrête en primaire, les élèves étant alors réorientés vers l’Ecole européenne de Bergen ou le lycée Van Gogh de La Haye. Cette situation est problématique pour de nombreuses familles et je suis saisie à ce sujet régulièrement par des parents d’élèves.

Les maigres courriers envoyés à l’AEFE chaque année ne sufissent bien évidemment pas. Je travaille donc sur ce dossier à l’heure où Amsterdam montre une grande ambition sur le plan mondial et souhaite accueillir des expats et faciliter leur venue.

Je ne manquerai pas de vous informer.

L’Assemblée est pour moi un moyen de faire un tour du monde en quelques heures, j’ai une pensée affectueuse pour mes amis et collègues du monde entier notamment ceux de Tunisie, d’Uruguay, du Japon, des Etats-Unis, du Canada, d’Espagne, du Royaume-Uni, d’Arabie Saoudite, du Liban, de Madagascar et de Belgique auprès de qui j’apprends toujours beaucoup. Oui notre communauté des Français de l’étranger est diverse et forte !

Avec Fabienne Blineau, conseillère AFE et suppléante d'Alain Marsaud

Avec Fabienne Blineau, conseillère AFE basée au Liban et suppléante d’Alain Marsaud

Pour moi Paris fut aussi l’occasion de retrouver quelques amis chers et de faire le plein de culture, le tout sous un agréable soleil. J’ai particulièrement apprécié l’exposition Herb Ritts à la Maison européenne de la photographie. J’ai aussi fait le plein de macarons chez Pierre Hermé et acheté quelques ouvrages jeunesse pour mes petits.

Bowie par Herb RittsBowie par Herb Ritts

Pierre Hermé

Pierre Hermé

Comme Paris est et reste une fête j’ai prolongé une soirée sur la piste de danse avec ma collège de Belgique, Anne Monseu, dans une très bonne ambiance colorée.

Let's dance

Let’s dance

A Amsterdam, je fus accueillie par une splendide reconstitution de la ronde de nuit dans une capitale qui avait revêtu son magnifique manteau d’automne !

A très bientôt Paris !

Ronde de Nuit

Ronde de Nuit

 

Je suis particulièrement satisfaite de vous annoncer que des journées d’information retraite auront lieu du 4 au 6 avril 2017 (à Utrecht et Breda). Vous le savez, je suis très impliquée sur ces questions de retraite d’autant plus que je travaille pour l’organisme néerlandais de retraite la SVB.

carsat-nord-picardie-logoSVB logo

L’objectif de ces journées est le suivant :

que les résidents aux Pays-Bas ayant exercé une activité salariée en France à un moment de leur carrière professionnelle, puissent être informés de leurs futurs droits à retraite acquis auprès du Régime Général français.

Pour participer à ces journées 4 conditions :

-résider aux Pays-Bas

-avoir entre 55 et 60 ans

-avoir exercé une activité salariée en France.

-s’inscrire préalablement sur le site Web de la Carsat ou par téléphone.

Voici ci dessous le communiqué officiel de la Carsat.

Journées Internationales d’Information Retraite

aux Pays-Bas

La Caisse Assurance Retraite Santé au Travail (Carsat), La Caisse Complémentaire (AGIRC-ARRCO), ont l’intention d’organiser du 4 au 6 avril 2017, en collaboration avec La Sociale Verzekeringsbank (SVB), des journées d’information retraite pour les personnes ayant entre 55 et 60 ans, résidant aux Pays-Bas et ayant exercé une activité salariée en France.

Après une présentation du système de retraite en France et des modalités d’introduction de votre demande de retraite, votre relevé de carrière individuel vous sera délivré.

Si vous souhaitez assister à une demi-journée d’information, vous pouvez vous inscrire dès maintenant auprès de la CARSAT, soit sur son site web ou par téléphone au +33 (0)9.71.10.39.60.

Votre inscription vous sera confirmée à l’issue de la période en fonction du nombre de participants.

 

 

Depuis quelques semaines, les Français des Pays-Bas ont une nouvelle consule en remplacement de Christina Vasak (qui aura été notre Consule de décembre 2013 à début septembre 2016 et à qui je renouvelle mes remerciements).

Madame Anne Genoud a donc pris ses fonctions récemment et nous avons déjà eu une réunion de travail à la résidence de France, sur l’invitation de Philippe Lalliot, ambassadeur.

J’attends toujours avec une réelle curiosité et un grand intérêt l’arrivée d’un nouvel ambassadeur et d’un nouveau consul.

L’actuel système de représentation des Français de l’étranger, avec son conseil consulaire présidé par un consul ou un ambassadeur, rend en effet essentielles les bonnes relations entre élus et administration pour permettre un travail commun productif, réaliste et positif au service de la communauté.

Aux Pays-Bas, le conseil consulaire a d’ailleurs pas mal innové en créant par exemple une lettre du conseil consulaire et en organisant conjointement une cérémonie des vœux.

avec Anne Genoud

En marge de notre déjeuner de travail, Madame Anne Genoud a tenu à rencontrer les conseillers consulaires individuellement. J’ai ainsi pu échanger avec elle et faire connaissance.

Lors de l’entretien, très cordial, nous avons parlé des Français des Pays-Bas et de leurs problématiques spécifiques.

Je me réjouis de travailler en bon entendement avec Mme Genoud, dans le respect de nos prérogatives, compétences et objectifs respectifs.

La période qui arrive s’annonce cruciale avec la relocalisation du consulat à Amsterdam et des échéances électorales à préparer.  Anne Genoud peut en tous les cas s’appuyer sur une solide équipe au consulat d’Amsterdam.

Nogmaals welkom in Amsterdam Anne Genoud !

Vous le savez maintenant, je tiens régulièrement (à l’instar de mes collègues conseillers consulaires) des permanences pour vous rencontrer ! Depuis un an ou presque, j’ai ainsi eu le plaisir de recevoir nombre d’entre vous au Consulat général de France à Amsterdam et à l’Ambassade de France.

Ma prochaine permanence aura lieu lundi 12 septembre 2016 de 11h à 13h au Consulat général de France à Amsterdam.

Les modalités sont simples :

Il suffit de prendre rendez-vous avec moi par téléphone (06-24261112) ou par mail (conseiller@helenedegryse.nl) avant le dimanche 11 septembre. Vous devrez vous annoncer et vous munir d’une pièce d’identité le jour de la permanence.

Pourquoi cette permanence ?

Elue de terrain, je suis sans cesse à l’écoute des préoccupations (nombreuses) des Français des Pays-Bas. Fréquemment, on m’interroge sur des problématiques diverses et complexes et nombreuses sont les personnes qui soulignent qu’elles sont heureuses de me parler “en vrai” plutôt que par téléphone et par mail.

Portrait à l'AFE

 

Cette permanence concrétise donc encore plus cette volonté de rencontre avec les Français des Pays-Bas.

Maintenant

N’hésitez pas à partager cette information autour de vous : fiscalité, scolarité, retraites, institut français, sécurité, famille, nationalité, carrière et entreprise nombreux sont les sujets sur lesquels nous pourrons échanger !

Si vous voulez me rencontrer mais n’êtes pas disponible le 12 septembre, nous conviendrons ensemble d’une autre date pour une rencontre. Au plaisir de vous (re)voir le 12 septembre !

Annonce : ma prochaine permanence aura lieu le 21 novembre à La Haye, n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent.

Vous le savez peut-être, je me suis rendue à Kapelle en Zélande jeudi dernier pour participer à la commémoration annuelle des victimes (françaises notamment) mortes pour la liberté et enterrées dans ce magnifique cimetière de cette paisible ville.

Au cimetière

J’ai eu l’honneur de déposer une gerbe avec le député du Benelux Philip Cordery et mes collègues conseillers consulaires lors d’une cérémonie marquée par des discours forts et déterminés. Le monde dans lequel nous vivons n’est en effet pas simple et les questionnements actuels ne doivent pas nous faire oublier les combats du passé. Plus que jamais, le devoir de mémoire doit être actif et conscient.

Cimetière de KapelleCette commémoration est l’occasion de retrouver la délégation d’Orry-la-Ville où se trouve le cimetière néerlandais. Depuis de longues années, des liens très forts et authentiques se sont tissés entre les deux communes et la soirée conviviale à laquelle j’ai participé à l’issue de la commémoration en est la parfaite illustration.

C’est toujours un énorme plaisir pour moi de revoir le dynamique maire de Kapelle, Anton Stapelkamp, et de voir comment, sous son impulsion et grâce à sa fidèle équipe, cette agréable commune de la jolie province de Zélande (la plus ensoleillée du pays en plus !), vit au rythme de la France pendant une semaine entière.

Avec Anton StapelkampUne personne a réellement illuminé ma visite : Maurice Le Noury, 94 ans, ancien des forces françaises, il fut parachutiste chez les SAS et participa en avril 1945 à l’opération Amherst aux Pays-Bas.

Cet incroyable monsieur, d’une grande vitalité, a énergiquement souligné qu’il était lui-même honoré de pouvoir rendre hommage aux 8 parachutistes qu’il connaissait et qui sont enterrés à Kapelle.

Chaque personne avec qui il échangeait voulait immortaliser ce moment et repartait le sourire aux lèvres, impressionnée par une telle leçon d’humilité et de courage.Maurice De Noury et l'attaché de défense

Mon bref séjour en Zélange m’a donc fait forte impression. Je dis aux amis de Kapelle et d’Orry, à l’année prochaine et, qui sait, peut-être à très bientôt même !

 

 

La France connait décidemment des semaines très difficiles : attentats du 13 novembre, résultats des régionales… La morosité ambiante qui semble avoir enveloppé l’an 2015 ne fait que décupler…

J’avoue avoir vécu ces dernières semaines en apesanteur : j’ai beaucoup parlé et échangé avec vous Français des Pays-Bas lors de rencontres sur le terrain : permanence au consulat, cérémonies en hommage aux victimes des attentats de Paris, kermesse francophone…

Lors de mon interview à la radio nationale néerlandaise j’avais dit « Tous les Français ont laissé une partie d’eux-mêmes le 13 novembre », mes rencontres sur le terrain me le prouvent… malheureusement.

Hier soir j’ai reçu plusieurs messages vocaux de MW, une Française investie dans la communauté qui me dit : « Hélène je veux savoir ce que l’on peut faire en tant que Français des Pays-Bas par rapport aux résultats des élections… Je ne suis plus inscrite en France et n’y vote donc pas mais je pense que l’on peut et doit faire quelque chose. »

Je partage son point de vue, pour moi qui vote (par procuration dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie), j’ai la « consolation » de me dire que je fais mon devoir pour empêcher le plus terrible d’advenir dimanche 13 décembre.

Je souhaite répondre, de manière pédagogique, à MW :

1)Pour les Français des Pays-Bas qui sont bien inscrits sur les listes électorales en France, votez !

2)Certains Français ne sont plus sûrs d’être encore inscrits en France mais sont prêts à se déplacer et voter en France. Pour cela vérifiez votre inscription sur le site Mon Consulat.

3)Je souhaite dire à MW et à tous les autres qui m’ont contactée qu’il est, en principe, possible de s’inscrire sur les listes en France (tout en restant inscrit sur la liste électorale consulaire). La procédure est expliquée sur le site du consulat. Il faut le faire avant le 31 décembre donc soyez rapides. Attention, cette double inscription est amenée à disparaitre à l’horizon 2017. Je vous tiendrai au courant bien entendu.

4)Je pense que nous pouvons, que l’on soit votant ou non, essayer de partager la nécessité de voter dimanche et de faire les bons choix : vos amis, votre famille et vos connaissances ne votent peut être pas tous pour des raisons qui leur sont propres. Il peut donc être utile de les persuader. En outre, la publication de messages expliquant pourquoi M. Le Pen est le paroxysme d’un système politique qu’elle prétend combattre peut aussi aider.

Dès le 14 décembre, il faudra que les classes politiques constatent ensemble la faillite de leur système et il faudrait idéalement que nous, Français des Pays-Bas, puissions émettre des messages.

Sclérose des politiques et des politiciens, cumul des mandats, politique comme choix de carrière qui empêche souvent les décisions courageuses par calcul électoral…. Les Pays-Bas semblent avoir écarté depuis longtemps de nombreux périls…

Le système français actuel explique comment les mêmes personnes sont aux mêmes places sur plusieurs décennies parfois !

Il faudrait revaloriser et renouveler la fonction politique, avec probablement la suppression de nombreux avantages annexes d’un autre temps….

Dans tous les messages d’inquiétude que j’ai pu entendre et recevoir depuis quelques mois, je note aussi un profond amour de la France, nous aimons notre pays et aimerions le voir aller mieux.

Oui il y a du pain sur la planche et la tâche n’est pas aisée, la première étape de la reconstruction a lieu dimanche dans les urnes, vous pouvez compter sur moi.

 

 

 

« Les mots me manquent pour exprimer toute l’émotion, la tristresse et l’effroi ressentis suite aux terribles évènements qui ont touché Paris vendredi dernier. »

C’est ainsi que j’ai commencé mon message écrit dans le registre de condoléances de l’ambassade de France aux Pays-Bas.

Ce soir, je suis fatiguée, vidée par une journée riche et forte, qui débuta à 6h30 par une interview dans le journal de NOS Radio 1 dans les locaux de l’Institut français à Amsterdam et se poursuivit à La Haye par une réunion informelle du conseil consulaire puis une réunion du conseil consulaire sur la sécurité présidée par L’Ambassadeur de France aux Pays-Bas.

Je vous propose donc de partager avec vous ci-dessous un premier fragment de mon interview de ce matin à la radio et de vous illustrer, en images, cette journée intense.

Je suis touchée de voir que beaucoup ont écouté et apprécié mon interview radio.

« Samen staan we sterk » c’est avec ces mots que j’ai terminé mon message sur le registre de condoleances…

 

Tags

Hélène Degryse