Vous le savez certainement, la famille et l’enseignement sont des préoccupations majeures dans mon mandat d’élue de terrain aux Pays-Bas.

Depuis de longues années, je connais la spécificité du paysage « Enseignement français » aux Pays-Bas. Ici, le lycée français (en gestion directe) se situe à La Haye (siège des ambassades et tribunaux internationaux) tandis qu’à Amsterdam se trouve une “petite école” avec la maternelle et le primaire. Longtemps appelé “l’annexe”, il s’agissait à l’origine de baraquements en bois.

Rencontre avec une partie de l’équipe lors d’une permanence d’élue début 2017

Depuis plusieurs années, l’école a emménagé (en location) dans des locaux plus grands du quartier de Pijp, locaux qui se sont toutefois révélés rapidement trop petits face à la demande accrue.

L’enseignement se finissant au CM2, les élèves sont invités à poursuivre leur scolarité au secondaire à l’Ecole européenne de Bergen ou alors à La Haye, nécessitant un déménagement (souvent pas envisageable) ou alors des transports fatigants.

Depuis longtemps, l’absence de collège/lycée est regrettée par les parents. En tant qu’élue, j’ai toujours tenu un discours de vérité aux parents et n’ai jamais laissé miroiter un collège lycée soutenu entièrement et uniquement par l’AEFE.

En effet, l’agence a toujours été claire sur ce point, elle ne pouvait créer un nouveau collège lycée en raison de la trop grande proximité du lycée de La Haye et de l’Ecole de Bergen.

L’agence, avec ses budgets plus que contraints (la récente actualité nous l’a d’ailleurs confirmé) a d’autres zones prioritaires.

Régulièrement, je reçois des demandes de parents qui me demandent de les aider et, depuis plus d’un an, la situation semble avoir changé. La dynamique démographique s’est emballée avec un boom économique dans la capitale et de plus en plus de Français qui s’installent à Amsterdam.

Les grandes entreprises internationales cherchent à attirer les personnels français et francophones. Dans ce contexte, l’absence d’un collège Lycée français pour une grande capitale est un énorme inconvénient.

Un petit groupe de parents m’a contactée il y a 12 mois environ me demandant conseil. Lors d’une permanence consulaire, j’ai partagé, en toute transparence, le discours de l’AEFE et je leur ai conseillé de travailler ensemble sur un projet viable de création d’établissement.

Récent point sur le projet, juste avant les vacances d’été.

J’ai, dans ce cadre, longuement échangé avec le Sénateur Olivier Cadic sur le plan école tel qu’il a été conçu et appliqué à Londres. Mon collègue Jean-Hervé Fraslin (conseiller à l’assemblée des Français de l’étranger et administrateur à l’AEFE) m’a été d’une aide précieuse pour poser cette problématique sur la table lors de sa visite à Amsterdam à l’automne 2016.

Si l’AEFE n’aidera pas la création d’un collège lycée, elle a toutefois tout intérêt à suivre l’évolution du projet.

Le sympathique et pragmatique groupe de parents a donc relevé les manches et travaillé efficacement à une levée de fonds pour mettre en place une fondation, premier pas pour pouvoir travailler à un futur collège-lycée.

Pour avancer, toujours en toute transparence, j’ai convaincu mes collègues conseillers consulaires qu’il fallait convoquer une réunion avec l’ambassade, le consulat et le proviseur du lycée, pour parler des différents projets et possibilités.

Cette réunion, qui eut lieu en début d’année 2017, eut le mérite de poser les problématiques sur la table. Je suis d’ailleurs ravie de noter qu’une seconde réunion aura lieu en octobre (je regrette que la fondation ne soit pas invitée mais je serai présente et formulerai leurs avancées récentes).

Dans ce projet, nous sommes en effet tous partenaires même si les vrais acteurs sont les parents qui portent le projet.

A l’heure actuelle, l’idée (défendue par les parents d’élèves, JH Fraslin et moi-même) est d’innover ! L’idée serait en effet d’intégrer une offre pédagogique venue de France dans un établissement existant, permettant de débuter le projet au plus vite, à la rentrée 2018 ! Ce projet-pilote pourrait être porteur de nouveaux espoirs dans bien des zones du monde à l’heure où l’AEFE est à la croisée des chemins !

Actuellement le projet se met en place de manière plus concrète et voici ce que vous pouvez faire pour aider.

Signer la pétition adressée au président de la République Emmanuel Macron

Suivre l’actualité du projet sur le site Web.

Le projet avait mis en place une cagnotte pour récolter des fonds et celle-ci a permis de créer la fondation ! Si vous souhaitez aider financièrement le projet, vous pouvez le faire savoir.

N’hésitez pas à parler du projet autour de vous, je ne manquerai pas de mon côté de vous tenir au courant !

 

 

Partagez!

Les petits élèves d’Amsterdam et de la province « Noord Holland » ont repris le chemin de l’école lundi 4 septembre après 6 semaines de vacances (5 pour le personnel enseignant qui a repris une semaine avant). 6 semaines seulement entend-on souvent dire en France !

Hasard du calendrier, cette date coïncidait avec la rentrée des classes en France.

Les différences entre les deux rentrées sont toutefois plus nombreuses que les points communs.

Chaque séjour en France est ainsi pour moi l’occasion de répondre aux nombreuses interrogations de mes amis et ma famille quant au système scolaire néerlandais. En échangeant, j’ai même parfois l’impression de vivre dans un pays exotique !

En effet ici pas de devoirs et un système où l’apprentissage de l’autonomie est le maître-mot….

Le système d’éducation est très ouvert, (permissif diront certains) produisant des élèves indépendants (mal élevés selon d’autres !)

Aux Pays-Bas, l’autorité n’est en effet pas le principe de base de l’apprentissage centré autour du faire et non du savoir.

Colles côté français

D’ailleurs le concept de “rentrée” n’existe pas, ici pas de rayons de supermarchés qui débordent de produits scolaires dès le mois de juillet, pas de pression anxiogène sur parents et enfants pour mettre à profit son été pour repartir sur de bonnes bases dès la reprise des cours.

Cet été j’ai encore dû expliquer aux Néerlandais le terme « d’allocation de rentrée », une hérésie aux Pays-Bas où l’on ne plaisante pas avec les deniers, encore moins lorsqu’ils sont publics…

Fournitures côté néerlandais

Les élèves dès six ans et leur entrée au “Middenbouw” se voient mettre à leur disposition les fournitures par l’école et ont juste besoin d’une trousse, d’une gomme et d’un taille-crayon.

Aux Pays-Bas, les élèves n’ont pas de lourds sacs à porter chaque jour mais doivent par contre prendre leur en-cas et repas du midi car l’école n’inclut quasi jamais de cantine.

Certains spécialistes de l’éducation estiment que la tradition historique de tolérance, d’ouverture et de discussion est apprise aux élèves dès la crèche. Chaque journée d’école commence en cercle par un échange ouvert sur un sujet donné. Je sais que le sujet du “Kringgesprek” du 4 septembre fut les vacances bien évidemment.

Le modèle français où l’excellence est célébrée est bien éloigné du modèle prôné aux Pays-Bas. Ici ne comptez pas faire forte impression en parlant des grandes écoles à la française … Pour impressionner les Néerlandais, parlez plutôt anglais et néerlandais aussi bien ou même mieux que ces polyglottes autoproclamés (accents Arsene Wenger ou Inspecteur Clouseau interdits).

Le système néerlandais fonctionne bien : chaque année l’étude PISA souligne les bons résultats des élèves bataves qui semblent en outre être les enfants les plus heureux au monde ! Un miracle hollandais ? Pas tout à fait car il convient d’apporter de sérieuses nuances à ce portrait trop flatteur et ce paysage trop idyllique.

La qualité des écoles peut être très variable et l’orientation se fait très très tôt, déterminant parfois un avenir dès la préadolescence… Les enseignants se plaignent, à juste titre, de leurs conditions de travail (salaire trop modeste, classes chargées, travail administratif croissant) et ont ainsi fait grève au printemps (je vous en reparlerai probablement).

Les critiques des parents sont aussi nombreuses et pas seulement venant des expats (notamment des Français).

Les écoles comptent aussi beaucoup (trop ?!) sur les parents d’élèves qui font partie de la vie d’école… Les mamans (qui travaillent toutes ou presque à temps partiel) accompagnent la lecture, les sorties, les activités pédagogiques mais effectuent aussi le nettoyage des classes ! L’école finit tôt et les garderies sont chères… L’équilibre familial aux Pays-Bas est essentiel et, parfois, se reposer trop régulèrement sur des babysitters c’est s’exposer à quelques remarques acerbes.

En bref, aux Pays-Bas ce ne sont pas que les enfants, mais aussi leurs parents, qui ont récemment repris l’école !

 

Partagez!

Si vous me lisez régulièrement ou me suivez sur les réseaux sociaux, cela ne vous aura pas échappé, deux samedis matins par mois je suis à En famille, la fondation FLAM (Français langue maternelle). Cette structure, née à Amsterdam est désormais présente dans plusieurs villes du pays. En tant qu’élue de proximité et de mère d’enfants scolarisés dans le système néerlandais, je suis particulièrement sensible au travail des bénévoles des structures FLAM.

Ces « écoles du samedi » comme elles sont parfois injustement qualifiées, permettent de faire vivre le français, de manière ludique au sein de nombreux foyers francophones binationaux et internationaux de par le monde et touchent en puissance un nombre important d’enfants.

Ces dernières années, la fondation En Famille est passée à la vitesse supérieure notamment grâce à l’aide du désormais ancien député du Benelux Philip Cordery et de sa réserve parlementaire.
Lorsque la fondation En famille a demandé mon aide pour leur célébration, j’ai bien entendu répondu oui. Ce samedi, je serai donc présente avec plusieurs casquettes, mais c’est avec mon coeur de maman que je suivrai le spectacle des enfants samedi 24 juin.

Voici ci-dessous le communiqué officiel pour les 10 ans

 

Partagez!

J’ai récemment passé quelques jours à Paris. J’ai articulé mon bref séjour autour de la 25e session de l’Assemblée des Français de l’étranger.  « Simple » conseillère consulaire depuis mai 2014, je ne suis actuellement pas membre de cette AFE mais j’y retournerai prochainement à la faveur d’un partage de mandat dont je vous reparlerai bientôt.

Pour mener sérieusement mon travail de terrain de conseillère consulaire, j’estime crucial mon contact avec l’Assemblée, cela permet d’avancer plus rapidement et plus efficacement et de faire remonter les problématiques spécifiques des Français des Pays-Bas.

Comme il n’y a actuellement plus d’élu AFE des Pays-Bas suite à des démissions, je tiens d’autant plus à être présente lors des sessions.

J’ai assisté aux séances plénières du jeudi et vendredi avec la présentation des rapports des commissions. J’ai suivi attentivement la présentation de la Commission des lois, règlements et Affaires consulaires, notamment un très intéressant rapport sur les consulats européens (de Ronan Le Gleut). J’ai également assisté à la présentation de la Commission Sécurité et protection des personnes et des biens toujours très attendue en raison des différents conflits actuels, du terrorisme et aussi de la cybercriminalité.

A savoir, plus tôt dans la semaine Jean-Marc Ayrault et Matthias Fekl étaient venus à l’AFE et avaient souligné l’importance des échéances électorales à venir et avaient présenté le processus de modernisation du service public consulaire.

Les travaux des différentes commissions seront prochainement disponibles sur le site Web de l’Assemblée.

En marge de ce séjour, j’ai été conviée par l’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger à une réception suite à la récente élévation de son président, Jean-Pierre Bansard, à la dignité de Grand Officier de la Légion d’honneur. La réception se déroulait dans le prestigieux et magnifique Hôtel de Salm et donna lieu à un superbe concert des LGT jeunes solistes. J’ai eu l’occasion de saluer Bernard Kouchner, ancien Ministre des Affaires Etrangères, qui s’exprima sur la géopolitique et les défis actuels et passés. Ce fut une très belle soirée.

Avec Bernard Kouchner

Avec Bernard Kouchner

Je suis particulièrement satisfaite d’avoir pu m’entretenir avec le Sénateur Olivier Cadic lors d’un petit déjeuner de travail au Sénat.

Avec Olivier Cadic après une petit déjeuner de travail

Avec Olivier Cadic après un petit déjeuner de travail au Sénat

J’ai souhaité échanger avec lui sur l’enseignement français et en français à Amsterdam en particulier : l’offre s’arrête en primaire, les élèves étant alors réorientés vers l’Ecole européenne de Bergen ou le lycée Van Gogh de La Haye. Cette situation est problématique pour de nombreuses familles et je suis saisie à ce sujet régulièrement par des parents d’élèves.

Les maigres courriers envoyés à l’AEFE chaque année ne sufissent bien évidemment pas. Je travaille donc sur ce dossier à l’heure où Amsterdam montre une grande ambition sur le plan mondial et souhaite accueillir des expats et faciliter leur venue.

Je ne manquerai pas de vous informer.

L’Assemblée est pour moi un moyen de faire un tour du monde en quelques heures, j’ai une pensée affectueuse pour mes amis et collègues du monde entier notamment ceux de Tunisie, d’Uruguay, du Japon, des Etats-Unis, du Canada, d’Espagne, du Royaume-Uni, d’Arabie Saoudite, du Liban, de Madagascar et de Belgique auprès de qui j’apprends toujours beaucoup. Oui notre communauté des Français de l’étranger est diverse et forte !

Avec Fabienne Blineau, conseillère AFE et suppléante d'Alain Marsaud

Avec Fabienne Blineau, conseillère AFE basée au Liban et suppléante d’Alain Marsaud

Pour moi Paris fut aussi l’occasion de retrouver quelques amis chers et de faire le plein de culture, le tout sous un agréable soleil. J’ai particulièrement apprécié l’exposition Herb Ritts à la Maison européenne de la photographie. J’ai aussi fait le plein de macarons chez Pierre Hermé et acheté quelques ouvrages jeunesse pour mes petits.

Bowie par Herb RittsBowie par Herb Ritts

Pierre Hermé

Pierre Hermé

Comme Paris est et reste une fête j’ai prolongé une soirée sur la piste de danse avec ma collège de Belgique, Anne Monseu, dans une très bonne ambiance colorée.

Let's dance

Let’s dance

A Amsterdam, je fus accueillie par une splendide reconstitution de la ronde de nuit dans une capitale qui avait revêtu son magnifique manteau d’automne !

A très bientôt Paris !

Ronde de Nuit

Ronde de Nuit

 

Je vous l’ai déjà dit, en tant que conseillère consulaire et Amstellodamoise, je ressens parfois un très grand plaisir en recevant certaines nouvelles qui touchent de près la communauté.

Ainsi, lorsque Céline Dandoy et Claire Schepers m’informèrent, il y a quelque temps de cela, de la prochaine ouverture de leur Ecole de français, j’ai vraiment été très ravie.

©Beilja

©Beilja

Au printemps, la nouvelle de la fermeture du centre de cours situé à l’Hospice Wallon (le 30 juin) avait en effet créé une onde de choc. Certains se demandaient où l’on pourrait désormais orienter ses amis néerlandais et expats à la recherche de cours de français de qualité. Attention la réponse se trouve dans le présent article !

Pragmatiques, Céline et Claire ont tout de suite retroussé leurs manches et ont peaufiné et préparé au mieux l’arrivée de leur bébé : l’Ecole de français, un centre de cours (et bien plus que cela vous verrez) qui a officiellement  vu le jour le 1er juillet dernier.

Recherche de locaux et de collaborateurs, formalités administratives, travaux et décorations, commandes de livres et élaboration du programme, les filles ont tout fait à la vitesse de la lumière et le résultat est là (j’ai pu visiter l’école en exclusivité il y a quelques semaines).

Details ©Beilja

Details ©Beilja

Depuis de nombreuses années, Céline et Claire incarnent bien (avec d’autres dont j’espère pouvoir parler bientôt) l’enseignement du français dans la capitale néerlandaise. Elles ont toutes deux pas mal roulé leur bosse : en France, Australie et Pologne pour l’une et en Angleterre et au Burkina Faso pour l’autre.

Toutes deux sont mues par une grande passion du français ; elles ont un objectif principal : partager leur passion avec leurs élèves avec précision, professionnalisme et dynamisme !

Le 1er juillet l’Ecole de français a donc vu le jour dans le centre d’Amsterdam, au cœur du superbe quartier des 9 straatjes et dans un très beau bâtiment, proposant des conditions d’enseignement agréables et modernes.

Céline et Claire à la KvK

Céline et Claire à la KvK

L’école propose un programme éducatif et linguistique complet et varié : cours de français “classiques”, cours thématiques, déjeuners en français et bien d’autres petites surprises que Claire et Céline nous révèlent petit à petit avec un sens inné de la communication jeune et dynamique. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges ! Cours pour enfants, pour adultes et pour ados, cours thématiques, événements culturels en français, Claire et Céline ont concocté une rentrée qui va bouger !

J’aime beaucoup leur approche moderne, dynamique et positive.

J’en suis certaine, elles vont faire swinguer, et pour longtemps, l’enseignement du français à Amsterdam et aux Pays-Bas. Mes enfants sont ainsi revenus ravis d’un atelier estival organisé par l’Ecole. Sérieux, qualité et bonne ambiance furent au rendez-vous !

Les filles bravo à vous pour ce beau projet, je dis longue vie à l’école de français et à très bientôt chères nouvelles voisines ! Pour toutes les infos sur les cours et les modalités d’inscription, consultez leur site Web et surtout faites passer le message !

C’est avec une réelle satisfaction d’élue que je vous annonçais, il y a quelques mois, les permanences des conseillers consulaires ! J’ai ainsi eu le plaisir de recevoir plusieurs d’entre vous au Consulat à Amsterdam en décembre et février dernier.

Maintenant, cap sur La Haye ! J’ai en effet le plaisir de tenir ma permanence lundi 18 avril 2016 de 11h à 13h à l’ambassade de France.

Les modalités sont simples :

Il suffit de prendre rendez-vous avec moi par téléphone (06-24261112) ou par mail (conseiller@helenedegryse.nl) avant le dimanche 17 avril. Vous devrez vous annoncer et vous munir d’une pièce d’identité le jour de la permanence.

Pourquoi cette permanence ?

Elue de terrain, je suis sans cesse à l’écoute des préoccupations (nombreuses) des Français des Pays-Bas. Fréquemment, on m’interroge sur des problématiques diverses et complexes et nombreuses sont les personnes qui soulignent qu’elles sont heureuses de me parler “en vrai” plutôt que par téléphone et par mail.

Hélène vélo novembre 2015

Cette permanence concrétise donc encore plus cette volonté de rencontre avec les Français des Pays-Bas.

Maintenant

N’hésitez pas à partager cette information autour de vous : fiscalité, scolarité, retraites, institut français, sécurité, famille, nationalité, carrière et entreprise nombreux sont les sujets sur lesquels nous pourrons échanger !

Si vous voulez me rencontrer mais n’êtes pas disponible le 18 avril , nous conviendrons ensemble d’une autre date pour une rencontre. Au plaisir de vous (re)voir le 18 avril !

Annonce : les prochaines dates de mes permanences ne sont pas encore confirmées, je vous tiendrai naturellement au courant dès que possible.

 

Ce matin, les petits élèves des écoles néerlandaises de la province Noord-Holland font leur rentrée après 6 semaines de vacances.

A chaque séjour en France, mes amis, également parents de jeunes enfants, réagissent avec curiosité quand je leur parle du système scolaire néerlandais. Quoi 6 semaines de vacances ? Seulement (pour certains) ? Le rêve (pour d’autres) ! Pas de devoirs ? Le rêve (certains) ou ça craint (d’autres) !

Il est vrai qu’entre nos deux pays si proches géographiquement, les différences sont nombreuses au niveau du système éducatif.

Ecole, Amsterdam.

Ecole, Amsterdam.

Pour de nombreux petits Français, être dans une école Montessori reste par exemple un rêve inaccessible alors qu’ici cet enseignement fait partie de l’offre pédagogique publique et gratuite.

Pour mes enfants (franco-néerlandais), j’ai choisi l’école de quartier (Montessori donc) ; j’habite le centre d’Amsterdam où le niveau des écoles est bon. La veille de la rentrée, je me suis souvenue avec nostalgie des rentrées des classes en France, à cette excitation mêlée d’appréhension avec, en arrière-plan, l’odeur de cuir ciré qui émanait de mon décidément trop lourd cartable !

Cet été, j’ai retrouvé dans les hypermarchés français les impressionnants rayons de fournitures et rien, ou presque, ne semblait avoir changé.

Aux Pays-Bas point de “liste de fourniture”… les enfants doivent juste avoir un sac et une trousse (à partir de 6 ans) le reste est fourni par l’école.

Alors ici aussi je vous « rassure » le système éducatif est fréquemment critiqué, on y parle souvent de la trop grande féminisation de l’enseignement où les garçons semblent moins facilement trouver leur place, on évoque aussi les classes surchargées. Et ici aussi, les programmes sont régulièrement revus et remis à plat.

Plantes Montessori

Plantes Montessori

Je sais que mes enfants ne sont pas stressés par la rentrée, ils retrouveront leurs amis, le directeur les saluera par leur prénom demain comme il le fait chaque matin dans la cour. Le projet « abeilles » est déjà annoncé et la visite des jardins sur le toit de l’école ne se fera certainement pas attendre.

Pour la rentrée, j’ai préparé les deux plantes qui accompagnent mes petits depuis leur premier jour d’école. Quand on connait un peu le système éducatif, on ne s’étonne pas que les enfants néerlandais soient les plus heureux au monde !

Dans ce reportage de France 2 diffusé au journal de Pujadas, on explique pourquoi et, si la participation de l’état dans les activités périscolaires n’est plus autant d’actualité malheureusement, les parents ont bien sûr pris le relai… Ici les garderies coûtent très cher et la classe finit tôt (15h), les parents sont donc très impliqués dans l’éducation des enfants et dans les activités à l’école. Il est ainsi normal d’accompagner régulièrement les sorties scolaires, d’animer des ateliers parfois et de nettoyer les classes à la fin de l’année !

Finies les vacances aussi pour nous parents d’élèves…

 

 

 

Tags

Hélène Degryse